[DS] Ace Attorney : Apollo Justice

    Partagez
    avatar
    Dreamboum

    Messages : 15
    Date d'inscription : 29/01/2016
    Age : 22
    Localisation : Paris

    [DS] Ace Attorney : Apollo Justice

    Message  Dreamboum le Lun 8 Fév - 13:52

    3 ans après Trials & Tribulations qui marqua la conclusion de la trilogie Phoenix Wright, la série Ace Attorney réapparait avec un épisode inédit et exclusif à la Nintendo DS. Ce nouvel opus fait pratiquement table rase de la première trilogie pour proposer une nouvelle histoire avec un nouveau personnage principal, le jeune avocat Apollo Justice. Il s’agit sans doute de l’un des opus chez les fans qui divise le plus même si sa qualité n’est pas à discuter. Le fait que Phoenix Wright n’est plus le personnage principal de l’aventure et le fait que pratiquement tous les personnages de la première trilogie ont été gentiment reconduits vers la porte pour offrir un nouvel univers a fait plus de mécontents que d’heureux. Toutefois, Apollo Justice arrive toujours à convaincre et à prouver qu’il mérite sa place dans la série Ace Attorney.


    Titre : Ace Attorney : Apollo Justice
    Développeur : Capcom
    Genre : Visual Novel/P&C

    Le gameplay de la série reste largement inchangée, à la différence qu’elle tire encore plus parti des fonctionnalités de la DS et de certains éléments en 3D, assez semblable à l’affaire 5 du premier Ace Attorney qui lui aussi était exclusif au support de la Nintendo DS. Les procès sont toujours présents avec les mêmes témoignages et contre-interrogatoires. Les seuls véritables changements sont le nouveau relooking du tribunal qui propose une différence par rapport aux décors un peu simplet des opus Gameboy Advance mais surtout le bracelet d’Apollo Justice qui fait la part belle à son talent qui est de détecter les tics ou habitudes d’un témoin qui puisse permettre de trahir leurs états d’esprit et de se rapprocher un peu plus de la vérité. Cette nouvelle séquence de gameplay se présente par un passage au ralenti d’une déclaration du témoin, avec un zoom réalisé sur le haut de son corps permettant de voir avec détail chaque mouvement et de percevoir où se trouvent certains mouvements inhabituels. La plupart des preuves que vous aurez l’occasion d’avoir en votre possession ont maintenant la possibilité d’être examiné en tant qu’objet 3D sous toutes les coutures et de trouver différents indices permettant d’avancer votre enquête. Vous aurez aussi le droit à différents mini-jeux qui font part à la science comme le retour de l’analyse des empreintes de doigts et la recherche de sang avec du luminol mais aussi la recherche d’empreintes de chaussures et autres activités dans le domaine de la science forensique. Les changements ne sont pas très importants et ne font surtout que prendre parti de la machine mais la formule reste tout aussi efficace qu’auparavant et les mini-jeux sont rapides et ludiques.

    L’histoire se déroule sept ans après les événements de Trials & Tribulations et la première affaire tape très fort dès le début : Phoenix Wright n’est plus avocat ! Le personnage a perdu son badge sept ans auparavant dans une sale affaire, mais surtout, il est même le suspect principal dans une affaire de meurtre qu’Apollo Justice doit élucider. Bien qu’Apollo Justice a l’honneur de porter la couronne dans ce nouvel opus, le véritable personnage reste encore et toujours Phoenix Wright. Véritable figure de proue de l’histoire, il amène un vent de fraicheur en tant que protagoniste qu’on assiste d’un autre point de vue et aussi par les véritables twists et machinations machiavéliques qu’il mettra en œuvre tout au long de l’aventure. L’opus montre un Phoenix Wright à son apogée, incroyablement charismatique et intéressant, il sera la figure la plus mystérieuse et énigmatique, vous poussant à jouer afin de découvrir son. Toutefois, n’oublions pas Apollo Justice qui n’est pas en reste, figure très importante, il reprend la place de Phoenix Wright en tant que personnage principal et il reste assez semblable à celui-ci au niveau de la personnalité bien qu’ayant certaines caractéristiques propres. Apollo a aussi à ses côtés un fidèle side-kick du même acabit que Maya Fei : il s’agit de Vérité Wright, la fille de Phoenix Wright, magicienne en devenir qui passera son temps à donner la réplique à Apollo, classique.


    Les affaires sont toutes intéressantes et nous offre des situations encore plus cocasse qu’à l’accoutumée. Bien qu’on perde tout l’aspect mystique qui permettait de renouveler les différentes affaires de la première trilogie, tout cela est remplacé par le monde de la magie qui va être le thème central d’Ace Attorney : Apollo Justice. Et va permettre d’offrir des enquêtes alambiquées, digne de ce que les précédents opus ont pu offrir à l’époque. Le jeu prend le soin de lier les affaires encore plus entre eux à travers un fil conducteur qui, sans entraver votre plaisir de jeu au cours de l’aventure, permettra de vous offrir une conclusion de qualité qui vous laissera pantois. Le seul défaut vient du dernier procès qui est assez en déca de ce qu’on a pu être habitué mais le tout est compensé par l’une des meilleures enquêtes que la série ait pu nous offrir. Sans trop en dire, il est clair que l’histoire est maitrisé de bout en bout et offre à tout moment une volonté de continuer au joueur désireux de savoir ce qui se cache derrière chaque mystère qui entoure les différentes affaires et différents personnages que vous aurez à rencontrer.
    Les personnages restent toujours les éléments les plus importants de la série avec des sprites encore mieux dessinés qui font d’eux un véritable plaisir aux yeux, surtout grâce à l’utilisation encore plus poussé de shaders (part d’ombres) qui donnent une plus grande substance à leurs postures et animations. A l’intérieur, ces mêmes personnages sont tout autant haut en couleurs : chef de mafia reconverti, maitre culinaire de nouilles, groupe de rock ou magicien arrogant, il y a de tout, tout en gardant l’aspect comique qui fait le sel de la série, mention spéciale au juge qui est au sommet de son art. Il y a aussi un certain aspect fanservice avec le retour de certains personnages qui peut plaire mais qui peut aussi paraitre sans véritable intérêt, mais ne vous méprenez pas, Apollo Justice fait surtout appel au renouveau.

    En ce qui concerne les musiques, nous avons affaires à de nouveaux compositeurs qui utiliseront des compositions plus complexes grâce à la puissance de la DS. Les musiques sont quant à eux beaucoup plus typés électro avec des sons plus synthétiques et plus rythmés à ce qu’on a pu être habitués au passé. Le même schéma est respecté avec ‘Apollo Justice ~ A New Chapter of Trials!’ qui fait office de nouvelle musique d’objection de très bonne facture. Le nouveau Cornered de la série ‘Pursuit ~ Must Corner’ fait par contre la part belle à des envolées electro endiablées qui rend les procès encore plus dynamiques. Il y a aussi le thème du nouveau procureur ‘Klavier Gavin ~ Guilty Love’ qui utilise des sons beaucoup plus authentiques pour nous offrir une composition Rock. Vous l’aurez compris, l’OST participe à rendre les procès encore plus rythmé et dynamique, quand bien même on se sépare encore plus de l’aspect sérieux qu’un procès est censé offrir. En dehors des musiques de procès, ‘Trucy's Theme ~ Child of Magic’ est le nouveau thème de Vérité Wright au même titre que ‘Turnabout Sisters’ était le thème de Maya Fei. Toujours aussi enjoué, le plaisir à l’écoute reste la même. Hormis certains ratés comme 'Detention Center ~ Tragicomic Meeting’ et ‘Eccentric 2007’ qui est un remix pas folichon d’une musique de Justice for All, l’OST peut se targuer d’être de très bonne facture si on arrive à se faire à l’aspect beaucoup plus dynamique et rythmé.


    Il faut comprendre qu’Apollo Justice ne peut se déguster qu’en arrivant à se dissocier de la première trilogie. Le jeu reste semblable mais il reste néanmoins incroyablement différent. Il tente d’offrir quelque chose de nouveau, une nouvelle expérience à travers de nouvelles intrigues et mystères, sans pour autant revenir à ce qui s’est déroulé auparavant. Il est impossible de pouvoir apprécier le jeu si on s’attend uniquement à revoir des cameos d’anciens personnages, cela n’arrivera que très peu. La trilogie s’est terminé avec brio, mettant fin à tous les mystères qu’il y a pu y avoir et il n’y aurait que très peu d’intérêt à y revenir. La véritable déception peut se trouver sur le fait que le personnage de Phoenix Wright fait un lien entre les deux, et que voir ce personnage sept ans plus tard, sans aucune connexion avec les personnages d’auparavant rend le tout assez triste, comme si le travail qu’on a effectué à travers la trilogie n’avait servi à rien et que les différentes relations sont maintenant réduit à néant. Le Phoenix Wright d’Apollo Justice aurait très bien pu être un nouveau personnage mais d’un autre côté, il contribue à renforcer l’aspect mystérieux qui entoure le personnage, nous intrigue encore plus et permet de contribuer à faire d’Ace Attorney : Apollo Justice un jeu encore plus intriguant et haletant. Phoenix Wright y perd au change mais en gagne aussi énormément beaucoup dans l’affect avec le personnage et nous dépeint un personnage qui restera dans les mémoires.

    Ace Attorney : Apollo Justice est un jeu qui ne déçoit pas par ses qualités, mais seulement par les liens qu’on ait pu avoir avec la première trilogie Phoenix Wright. Toutefois, après avoir passé cette étape, se révèle devant nous un jeu qui, tout en prenant parti des fonctionnalités de la Nintendo DS au niveau des décors encore plus détaillés, de la 3D et de la musique, conserve la qualité de la série Ace Attorney et propose quelque chose de tout aussi efficace, rythmé et surtout engageant pour le joueur. Prenez la peine d’y (re)jouer avec un autre angle de vue et vous aurez sans doute devant vous un jeu qui va vous surprendre.

      La date/heure actuelle est Ven 23 Juin - 0:21