[3DS]Fantasy Life

    Partagez
    avatar
    Reven Niaga

    Messages : 19
    Date d'inscription : 29/01/2016

    [3DS]Fantasy Life

    Message  Reven Niaga le Dim 7 Fév - 10:07



    Fantasy Life, c’est mignon, c’est chou, et c’est scénarisé.



    Pour ceux qui ne savent pas à quoi s’attendre avec ce jeu, pensez à un Animal Crossing : vous avez votre maison ou votre appartement, vous pouvez vous habiller, personnaliser votre personnage, créer des liens avec les gens de la ville, vous balader, récolter des choses, et surtout avoir une “carrière”. Une “carrière” c’est rien d’autre qu’un job. Au nombre de 12, vous pouvez commencer votre partie avec au choix : paladin, mercenaire, chasseur, magicien, mineur, bûcheron, pêcheur, cuisinier, forgeron, charpentier, couturier ou alchimiste. Il y a plusieurs niveaux de maîtrise dans chaque carrière, du simple débutant au légendaire. Vous pouvez sans soucis changer de carrière au cours de votre partie en allant à la guilde qui s’occupe expressément de ça : vous conservez les compétences que vous avez apprises. Si vous êtes bûcheron et changez pour mercenaire, vous gardez vos compétences de bûcheron : vous continuez donc à être capable de casser des arbres en deux, moins les bonus spécifiques lié à la carrière de bûcheron.


    Les différents métiers à votre disponibilité

    Pour ne pas avoir que ça à faire, même si maîtriser toutes les carrières est déjà pas mal long, Fantasy Life vous présente une scénario sous la forme de Flotillon : un petit papillon que que vous rencontrez au tout début de votre aventure. Le scénario fonctionne grossièrement en deux parties : certaines journée, vous avancez l’histoire. Certaines options vous sont ainsi bloquées : vous ne pouvez pas commencer une nouvelle carrière, ou inviter quelqu’un dans votre équipe. Quand vous décidez d’avancer l’histoire, vous le faites jusqu’à avoir finie cette partie, même si vous pouvez vous amusez à monter votre carrière actuelle.

    Ensuite, il y a des journées “repos”, où Flotillon vous donne des petites quêtes à faire. Ca sert entre autres à se familiariser avec les lieux : “j’ai entendu dire qu’on peut louer des chevaux ! Allons voir !” “Il y a apparemment un magasin général ! Je veux voir !”, ou pour récupérer de la Liesse, dont je vais vous parler un peu après. Une fois toutes ces petites quêtes faites, Flotillon veut vous parler : si vous acceptez, vous déclenchez la suite de l’histoire. Si vous refusez, vous pouvez continuer à vous balader librement dans l’univers, faire comme bon vous semble.



    L'écran de création du personnages, et le monsieur de la guilde qui s'occupe à changer votre vie

    L’histoire en elle-même est surtout mignonne : elle est construite de façon à ce que vous puissiez l’accomplir, peu importe la carrière vous avez choisie. Donc, il n’y a pas de combats très très durs, ou de choses spéciales à faire liées à un job en particulier. L’histoire vous fait découvrir le monde de Reveria, ses différentes régions, et vous débloque les suites et les endroits inaccessibles, et des nouvelles options. Elle est aussi relativement vite bouclée. Malgré tout, on n’a pas une impression que c’est trop peu : le jeu ne vous trompe pas en mettant l’accent sur ce qui se fait à côté de l’histoire, et l’histoire en elle-même vous fait découvrir les personnages, leurs relations, et on s’attache au petit monde que vous rencontrez en cours de route. Il y a également un certain humour qui va bien avec le ton léger et mignon général du jeu.

    Pour ceux qui n’ont pas encore assez d’histoire à la fin, il y a un DLC pour 7 ou 8€ : Accès à une toute nouvelle île, une nouvelle histoire à suivre. Et un nouveau rang pour vos carrières (le rang “Dieu”).


    Fantasy Life, le jeu du farm ultime

    Parce que finalement, Fantasy Life, c’est surtout ça. C’est du farm, de A à Z. Et du farmage exceptionnellement bien fait au point que ça peut devenir addictif. Deux raisons à cela : rien de ce que vous faites dans ce jeu ne paraît inutile. Récolter une fleur en tant que paladin peut paraître absurde, mais elle peut servir dans une autre carrière en tant qu’ingrédient, ou bien dans une quête. Chaque élément se construit l’un sur l’autre. Commencer en cuisinier et changer en magicien vous rend capable de faire de la cuisine dans n’importe quelle circonstances, et donc d’avoir avec vous des objets de boost et de soin que vous auriez dû acheter si vous aviez débuté directement magicien. Il n’y a donc pas vraiment d’ordre à suivre. J’avais commencé en alchimiste ; n’ayant au bout d’un moment pas l’argent pour acheter les ingrédients, j’ai changé en mineur. Du coup, j’avais déjà sur moi une quantité de potions de HP et SP, très utile.

    La deuxième raison : le jeu vous félicite très souvent pour votre avancée. Vous ne passez pas des heures à tapper sur un monstre pour pas grand chose. Le jeu vous donne à intervalle régulier et souvent des petits succès. Vous savez pertinemment que vous êtes à CA d’un nouveau but. Et étant donné que vous êtes si proche, vous continuez. Et une fois ce but atteint, vous voyez que vous êtes proche d’un nouveau. Ah bah… on va le faire encore, tant qu’on y est, avant de dormir… Et soudainement, il est 3h du matin et vous êtes à CA d’une nouvelle chose.



    Oh, le grand méchant dino pas beau ! Vous pouvez avoir des animaux domestiques que vous pouvez amener avec vous à l'aventure !

    Concrètement, qu’est-ce qu’il y a donc comme récompense ? Si vous vous occupez d’une carrière dans Fantasy Life, ça se résume à :

    Des challenges : Ce sont les quêtes liées à votre carrière actuelle. Il faut en terminer un certains nombre pour passer au niveau supérieur. Chaque challenge vous donne des étoiles, et il faut un nombre d’étoiles déterminé pour augmenter de grade. Les challenges sont adaptés à chaque vie : le paladin doit tuer des ennemis, le forgeron doit forger, le mineur miner. À part les carrières de “combats”, les carrières sont accompagnées d’un mini jeu. Ainsi, ce que j’appelle les carrières de récolte (bûcheron, mineur, pêcheur), votre poisson, arbre, pierre est considéré comme un ennemi dont il faut venir à bout, avec une barre de vie. Les carrières de “création”, vous avez un mini jeu à faire dans un temps imparti. Souvent, le tout s’emboîte assez bien : les minéraux dont vous avez besoin en alchimie vous feront prendre facilement des niveaux en mineur, car il faut les miner pour accomplir les challenges. Tuer des monstres en paladin est bénéfique : ça vous fera monter de niveau, et vous récupérer des drops, utiles à leur tour.

    Les requêtes de Flotillon et la Liesse : Après chaque partie du scénario, Flotillon viendra avec des demandes. Faire ces demandes vous donne de la Liesse. La Liesse sert à débloquer des bonus : un sac à dos plus grand, la possibilité de prendre 1 à 3 animaux, possibilité de changer les couleurs de vos vêtements, stockage plus grand, augmenter le stock des marchands, etc. La Liesse, vous en récupérerez en faisant les demandes de Flotillon, ou bien, en faisant un peu tout et n’importe quoi : commencer une nouvelle carrière vous en donne, passer un niveau également, se lier d’amitié avec certaines personnes, dormir une fois dans les auberges d’autres villes, etc.

    Les quêtes : Les habitants de Reveria sont des gens dans le besoin. Beaucoup vont vous donner des quêtes. BEAUCOUP. Vous pouvez en accepter 30 à la fois. Les quêtes, c’est légèrement la chose la plus barbante du jeu si vous cherchez activement à les faire. Ce sont des bêtes quêtes de farmage : “tuer 15 bandits” “ramène-moi 5 oeufs”. Beaucoup se font sans même le réaliser, juste à traverser et découvrir le monde et en prenant tout ce qui vous tombe dans les pattes, car vous savez que c’est évidemment utile. Certains vous demandent des objets précis que vous pouvez créer dans un job particulier. En retour, vous récupérer des objets et/ou de l’argent. Mais si vous chercher activement à les accomplir, cela peut vite devenir la chose la plus redondante du jeu.

    Leveler et s’équiper : Chaque job a des stats qui lui sont bénéfiques. Ainsi, le mineur est basé sur la force et la concentration. L’alchimiste sur l’intelligence et la concentration. Monter de level vous permet donc de booster vos stats (2 points à distribuer par niveau, 3 chaque 10ième), et ainsi vous rendre plus efficace pour la suite des jobs. Faire des challenges vous ramène de l’xp : chaque objet crée vous donne de l’xp, chaque poisson pêché, chaque ennemi tué, chaque arbre tombé. Plus costaud l’objet/ennemi/poisson/minéral/arbre, plus d’xp. Et sachez, mesdames et messieurs, que casser en morceaux une mega grande pierre sur une musique épique de boss de fin, c’est quand même vachement jouissif. Tenir son équipement à jour et donc aussi important.

    Monter les compétences : Chaque job vient avec son lot de compétences. Cela peut se résumer à une seule (la compétence de l’épée pour le paladin), ou bien à un certains nombre. Le mage vient avec une compétence pour chaque élément, et toutes les carrières où vous créez des objets viennent avec leur nombre conséquent : la compétence “générale” (par exemple : Alchimie) et des sous-divisions (alchimie accessoire / alchimie pour explosif / alchimie pour consommable, par exemple). Je n’ai sincèrement pas saisi l’utilité des sous-divisions, la compétence générale aurait été largement suffisante, mais vous voyez donc souvent quelque chose monter quand vous créez et construisez vos objets. N’est-ce pas jouissif de voir affiché à la suite “challenge X accompli !” “compétence générale montée !” “sous-compétence Y montée !” ? Hé bien, si, car c’est avant tout là son intérêt, car les minis jeux pour ces jobs sont tous PAREILS, et qu’il faut bien avoir une motivation pour faire la même chose dans cinq jobs différent.

    Les butins : Certains ennemis, arbres, pierres, poissons, vous donnent des butins. C’est des trucs plus costaud qui laissent derrière eux une récompense à ramener auprès d’un des acolytes de la guilde (la guilde qui vous permet de changer de carrière, etc), qui se trouvent éparpillés un peu partout dans le monde. Il vous donnera de l’argent en retour et un objet que le monstre/arbre/pierre détient. Et c’est très jouissif de tuer un napadragon (dormagon en français) et de voir une cage toute dorée avec une petite couronne dessus apparaître. Vous vous sentez si puissant ! Et c’est drôle de voir 3 butins (le maximum que vous pouvez avoir) vous suivre à la queueleuleu. Mais attention, votre butin a une barre de vie : si des ennemis (ou vous-même) tapez dedans, il peut disparaître. Et c’est adieu l’argent et adieu le drop.




    Le roi vous soutiendra tout le long du jeu dans toutes vos vies ! Et à côté vous voyez à quoi ressemble la pêche


    Bref, avec tout ce qu’il y a à faire, vous accomplissez toujours quelque chose. Juste en parcourant le monde pour le découvrir, vous allez accomplir certains challenge et quêtes. Certains challenges n’ont pas besoin d’être fait dans le job précis : vous pouvez être en paladin et cela compte malgré tout les minéraux que vous cassez. D’une pierre, deux coups ! Et c’est finalement ce qui le rend si addictif : son monde mignon, léger et drôle, le fait d’avoir régulièrement des succès, de voir concrètement que tout sert à quelque chose et qu’on ne fait jamais rien pour des prunes. En plus, quand vous atteignez le niveau maître, vous avez droit à une fête ! Rien que ça. Chaque job a sa propre chanson que vous découvrez une fois passé maître dans une carrière. Et ensuite, il y a le rang héros et légendaire à avoir. Au rang héros, le roi vous donne des tenues spéciales adaptées à votre carrière : de quoi se la péter !

    Si tout cela n’est pas suffisant vous pouvez également inviter un ami dans votre ville, et inversement, et partir à l’aventure ensemble. Vous pouvez balancer des messages à un ou plusieurs amis connectés et jouant au jeu. Je n’ai jamais vraiment trop utilisé ces options, donc je ne peux pas m’avancer des masses, mais c’était très drôle d’écrire des messages à une amie pendant qu’on y jouait à deux.



    Oh, le mignon petit Napadragon ! Et on coupe un arbre, un !" />

    Tout aussi bien que Fantasy Life est construit, il faut savoir que vous n’allez faire QUE CA tout du long du jeu. Pire encore, certains derniers rangs légendaires sont absolument aberrants à avoir : les métiers de “créations” ont besoin d’objets rares que vous devez farmer. Objets qui ne peuvent pas s’acheter et se droppent sur des ennemis qui prennent plusieurs jours (ingame) à respawner, sans pourtant vous garantir un drop. Dans la mesure que le temps est à l’arrêt complet si vous ne bougez pas, et que dormir semble pas aider, c’est top. Si vous avez déjà la flemme de traverser deux écrans pour faire respawner les objets qui se récoltent, les arbres et minéraux, vous allez être ravi à attendre 4 jours que votre dragon respawn pour peut-être dropper une écaille de dragon… Sachant qu’il en faut au moins 5 pour créer toute l’armure dragon nécessaire pour le challenge du forgeron… C’est génial ! Du coup certains jobs semblent inutilement chiants (vous pouvez être sûr qu’il vous manque TOUJOURS un objet en alchimie, TOUJOURS l’objet nécessaire en tant que forgeron pour avoir les 350 étoiles qu’il vous fait pour passer héros), d’autres se font avec une aisance déconcertante (en tant que bûcheron et mineur, il suffit en général d’avoir récolté de tout et d’avoir massacré chaque sorte de minéral et d’arbre du jeu), d’autres sont surtout ennuyeux (le combat est assez facile, si vous avez deux compagnons, et un peu de patience, rien n’est hors de votre portée, même sous-levelé), ça rend la chose assez inégale à la fin.

    Justement parlons du combat. Les ennemis suivent tous un même pattern spécifique, et balancent un nombre d’attaques prédéfines. Si vous avez deux compagnons qui peuvent se prendre les dégâts, vous avez le temps d’observer et d’attaquer quand le moment est parfait : vous pouvez donc venir à bout de gros gros monstre sans trop souffrir, même si vous prenez une heure. Si vos amis tombent, vous pouvez les ramener en vous posant sur eux et appuyant sur A. Bref, si vous avez de la patience, aucun combat est hors de portée. Et je me suis jamais retrouvée à court de potion HP et SP ou de résurrection, car le jeu vous en fournit régulièrement avec des quêtes et tout.

    Ah, le bouton A, d’ailleurs ! Hors des zones “sûre”, donc dès qu’il y a des ennemis, A sert à dégainer votre arme, et à taper. Par la même occasion, il sert aussi à récolter ce qui traine, parler à quelqu’un, prendre un butin. Ranger votre arme avec B. Le truc chiant : le nombre de fois où j’ai tapé dans mon propre butin en appuyant sur A pour le prendre, mais que ça a dégainé mon arme et que je lui ai tapé dedans. Le nombre de fois que j’ai voulu prendre une fleur, que j’ai dégainé mon arme que j’ai dû ranger, pour encore une fois la dégainer. Si vous êtes vraiment pas face à votre objet, vous allez faire une danse assez drôle, et frustrante à intervalle régulier.

    Pour cuisiner, forger, charpenter, coudre, et alchimiser, c’est toujours la même donne : vous vous retrouvez face à votre table de travail, divisée en 3 et vous devez enchaîner les actions. Sur un plan, vous devez appuyer à répétition sur A. Sur un autre laisser appuyé A, et finalement, le dernier, appuyer au bon moment sur A. Une petite liste en bas à gauche vous indique l’ordre (toujours aléatoire) dans lesquels il faut enchaîner ces mouvements. Vous allez donc faire ça, dans chacun de ces jobs, pour chacune de vos recette. Pire encore, le couturier a deux fois l’option “appuyer sur A au bon moment” et une fois “marteler bouton A”, passant à la trappe le troisième. Pourquoi ? Je n’en sais rien. Et le fait qu’ils ont pensé à changer les détails (le cuistot a d’autres ingrédient sur sa table si vous faite une salade, du poisson ou de la viande) est mignon, mais ne change pas la répétitivité de la chose : j’ai quand même fini par trouver ça inutilement barbant.



    CE mini jeu… la raison principale pourquoi j'ai commencé à avoir la flemme, en fin de compte.

    Ah, et la trotte. Vous allez aimer marcher à pied. Les moyens de voyage rapides sont limités. Certains sont payants. De pas beaucoup, mais bon. Ca peut frustrer certains.

    Et là aussi, finalement, une dernière critique : certains jobs semblent inutiles. Un job peut faire qu’une seule chose. Avoir 4 jobs de combats semblent trop : mercenaire et paladin sont très semblable. Le mage ne semble pas rentable. Pourquoi encore une fois parcourir toutes les zones du jeu et tuer des ennemis ? Surtout qu’il faut tuer les ennemis dans le job précis. Se changer en bûcheron et tuer un ennemi qu’il faut pour chasseur en comptera pas. J’aurais bien vu certaines combinaisons : le mage combiné à l’achimiste – il aurait pu avoir les sorts, mais il aurait été également capable de créer des potions. Cela aurait été plus varié. Pourquoi ne pas avoir mis paladin et mercenaire ensemble ? Un chevalier qui pourrait se spécialiser dans la défense ou plus dans l’attaque aurait été plus drôle à jouer que de faire deux jobs distinct où vous avez l’impression de faire la même chose en changeant seulement d’ennemis à tuer. Cela aurait donc libéré de la place pour deux autres jobs qui auraient pu être différents. Enfin, c’est avant tout un goût personnel, j’imagine. Mais j’ai trouvé certains job vraiment limités, à faire exactement qu’on a déjà fait, sans que cela avait l’air d’apporter beaucoup.



    Paladin et mercenaire ! À votre service !

    Il m’aura quand même fallut 80h pour me lasser. Et sans doute que je vais reprendre et tenter de finir les niveaux légendaires. Il se joue bien, il se joue rapidement. Il sera excellent pour jouer dans le métro ou le train, ou cinq minutes avant de dormir, le temps d’accomplir un challenge.C’est un jeu qui n’est pas sans défaut, mais il est si bien fait que vous allez rentabiliser son achat avant de vous lasser.

    Bref, Fantasy Life est un jeu qui est très varié tout en étant très redondant. Il y a beaucoup de chose à faire, si vous êtes du genre à aimer décorer vos maisons et vous habiller vous avez un choix conséquent d’objets et de vêtements. Il y a beaucoup de choses à récolter, monter et à maîtriser si c’est plus votre style. Certaines musiques sont bien cools, et il y a un soin d’animation et de détails qui est charmant. Le jeu a été bien pensé, bien construit, et bien fait.

    Mais en fin de compte, vous allez toujours faire la même chose du début à la fin.

    Pour clôturer, je vous mets une musique épique contre les ennemis, arbres, minéraux et poisson costaud, et une chanson de job maîtrisé.

    Ne me dites pas que c'est pas EPIQUE de casser une pierre avec ça en fond sonore !


    BONUS : La petite fête de maître pour le job pêcheur

      La date/heure actuelle est Ven 21 Juil - 22:29